LES HAUTS DE L'ARC Acteur de l'action médico-sociale française

PROJET ASSOCIATIF

PROJET ASSOCIATIF

Orientations politiques 2021-2026

1. Réaffirmer le pouvoir d'agir associatif, développer une organisation au servi

On situe l’utilité sociale comme une contribution positive à la vie en société apportée par des acteurs associatifs sur des territoires, que ce soit sur le plan économique, social, culturel, environnemental ou démocratique. C’est à ce titre là que l’association peut et doit se positionner en tant "que lanceur d'alerte et force de proposition" pour les pouvoirs publics.

La volonté de réaffirmer le pouvoir d’agir associatif au bénéfice des personnes concernées oriente notre action

2. Réaffirmer un ancrage territorial

L’Association évolue dans un territoire « institutionnel » qui donne sa cohérence à l’intervention sociale, lui fournit capacités financières et supports administratifs : le Conseil Départemental, l’ARS, la MDPH, la CDAPH.

Nous sommes au sein de ce territoire, acteurs de la réalisation des politiques sociales et médico-sociales. Nous entretenons avec ces instances des liens étroits, dans le souci d’améliorer les réponses faites aux immenses besoins dans notre secteur, mais sans ignorer les contraintes qui pèsent sur les financements publics.

3. Réaffirmer la qualité et l’efficience de notre organisation

Les associations de par l’originalité des réponses qu’elles apportent à des problèmes inédits et l’expertise qu’elles développent dans de nombreux domaines (aide à la personne, handicap, environnement...), sont des acteurs majeurs de la société contemporaine.

En raison de l’impact des actions de ces organisations sur l’action publique, des contraintes budgétaires et des exigences accrues des citoyens, les pouvoirs publics qui dorénavant mettent les notions d’économie, d’efficacité et d’efficience au cœur de leur fonctionnement, exigent de plus en plus de leurs partenaires associatifs une affectation claire des ressources allouées, une garantie quant à l’efficacité des actions financées et une obligation de rendre compte. Cette exigence demande une adaptation permanente qui passe par l’évaluation des pratiques. Elle passera également par la modernisation de notre outil ; mise aux normes, informatisation, communication, intégration des trois volets du développement durable (RSE) : économique, social et environnemental dans les principes de gestion de nos établissements et services.

Orientations stratégiques 2021-2026

1. Sécuriser et renforcer la gouvernance associative (CA)

  • Mobiliser les parents et amis pour renouveler le conseil d’administration en vue des prochains départs,
  • Définir les rôles de la gouvernance associative (quid de l’implication des administrateurs dans vie associative et au sein des établissements) ainsi que l’articulation, la coordination entre les administrateurs et le Siège/la Direction générale,
  • Engager une réflexion GPEC sur l’évolution et le renouvellement de l’équipe dirigeante.

2. Engager une réflexion sur la transformation de l’offre

  • Identifier, via un diagnostic, les ressources internes et externes existantes et manquantes sur le territoire et partager ce diagnostic,
  • Organiser un rapprochement avec les tutelles afin d’évoquer l’évolution de notre offre,
  • Organiser un groupe de réflexion CA/CODIR autour de l’évolution de l’offre associative.

3. Développer le pouvoir d’agir (siège)

  • Communiquer sur l’identité associative et ses actions ; développer la communication interne et externe pour renforcer le sentiment d’appartenance et se faire connaitre sur le territoire,
  • Développer l’implication associative dans le développement des valeurs immatérielles : participation à la formation, à des groupes de réflexion type l’ENVOL, à des comités locaux…
  • Etre sensibilisé et/ou formé au « pouvoir d’agir » à tous les niveaux,
  • Développer l’évaluation des prestations par les personnes concernées (personnes accompagnées, familles, financeurs…),
  • Développer la veille : appels à projet, financement alternatifs…

4. Adapter l’association aux enjeux technologiques et de sécurité

  • Informatiser les métiers et la gestion des structures (outils informatiques, formation et accompagnement),
  • Assurer la protection des systèmes d'information et la sécurité des données,
  • Développer une organisation et une vision prospective en matière de système d'information.